Leon Gambetta - H. Depasse - page 25

LEON
GAMBETTA.
,,
la séa ncc ai t Iieu dans les conditions ordinaires,
afin quc, gràcc
à
la
libcrté de discussion, la
décision qui va etre rcndue soit absolumentde
nature
à
satisfaire la conscience fran çaisc.
»
(Oui! oui! Applaudissements.)
Une voix . -
La déchéancc! on ne la discute
pas. Nous la voulons.
(Tumulte.)
M.
GA~IBETTA.
- Donnons le spectacle de
l'union et du calme. C'est au nom de la patrie
comme au nom de la libcrté politique, - deux
choses que jc ne séparerai jamais, - et comme
représentant de la nation française, 'q ui sait se
fai re respecter au dedans et au
dchor~,
que jc
vous adjure d'assister avec calme au retour des
députés sur leurs bancs.n
(BraJ'OS
et applaudis–
sements répétés.)
Mais ces efforts devicnncnt impuissants contre
le flot montant de la colèrc et de Pinquié–
tude accru par
le
nombre toujours plus con–
sidérable des envahisseurs et par les lcnteurs dc
la Commission dc déchéance. M. Schncidcr
quitte le fauteuil et sort dc la salle. C'est alors
que M. Gambetta, qui a dù abandonncr et re–
prendre plusieurs fois la tribune, ayant
à
còté
de lui M. de Kératry, prononce la déclaration
suivante :
1...,15,16,17,18,19,20,21,22,23,24 26,27,28,29,30,31,32,33,34,35,...40
Powered by FlippingBook