Leon Gambetta - H. Depasse - page 21

LEON
GAMBETTA.
•s
politique, le legs incorruptible que nous tenons
de son esprit, la formule infaillible et sacrée
du salut dc la République!
M. Ga.mbetta a étonné ses contemporains
de sa prodigieuse éloquence : il est, dc tous les
orateurs qui ont illustré le parti républi–
cain, cclui qui a le moins parlé pour parler. Il
necultivc pas l'éloquence pour elle-mèmc. Il
parle pour gouvcrner. Chacun de ses discours
est une pierre de taillc, une charpente énorme
dans la construction du gouvernement de la
République.
On a reproché
à
M. Gambetta ses varia–
tions; je le trouve étonnamment fixe et stable.
La politique du chef de cabinet du 14 novem–
bre, je la distingue, je la Iis
à
livre ouvert
dans le prcmicr compte rendu aux électeurs dc
Belleville, dans le premier banquet de la salle
Ragachc, dans la première lcttrc aux M:uscil–
lais. Au plus fort de la lutte contre Pcmpire,
quand pour la prcrniCrc fois il se pose devant
ses contemporains, est-ce en homrne d'oppo–
sition? ·en fauteur d'anarchie? en rebclle? C'est
en homme de gouverncment et d'administra–
tion. M. Gambetta condamnc l'empire, non
pas seulcrnent parce qu'il a été incapable de
1...,11,12,13,14,15,16,17,18,19,20 22,23,24,25,26,27,28,29,30,31,...40
Powered by FlippingBook